V&O vs Carbs: Expliquer les succès défensifs des Carabins

Le coordonateur défensif Denis Touchette est l'artisan de la défensive des Carabins depuis 6 ans déjà. Photo: UdeM

Dans la tumulte et la tempête des récentes semaines et années, une chose est constante à l’UdeM: les Carabins alignent toujours une défensive de premier plan. Pourquoi? En grande partie grâce au coordonateur défensif Denis Touchette, qui sait tirer le maximum des athlètes à sa disposition. Portrait d’une unité 2011 qui fait déjà la différence sur le terrain.

La défensive des bleus est, année après année l’une des meilleures au pays. Le coordonateur défensif Denis Touchette réussi tout le temps à placer ses joueurs dans des positions pour avoir du succès. Ce qui l’aide, c’est d’avoir des joueurs de premier plan à des positions clés.

La ligne défensive des bleu peut toujours compter sur au moins 1 joueur qui peut faire la différence. Après les Martin Gagné, Mathieu Brossard et Gregory Alexandre, c’est maintenant David Ménard et Jonathan Pierre-Étienne qui sont sous le feu des lumières. Alors que le premier a connu une forte saison à son année recrue en 2010, le deuxième semblait toujours promis à un brillant avenir, sans vraiment rencontrer ces promesses. En 2011, le coach a fait un move pour le placer en situation de succès, une fois de plus…

Dire que Jonathan est un joueur athlétique relève de l’évidence; il peut faire des choses grâce à son alliance de force et vitesse que très peu d’athlètes peuvent faire. Son point faible a toutefois toujours été directement lié à ces forces: il veut faire le jeu. Ne lui parlez pas de jouer dans le système, de préparer le jeu pour que son secondeur puisse ramasser le plaqué: si Jonathan peut faire le jeu, il va le faire, du moins il va essayer de le faire. Toutefois, les systèmes défensifs de nos jours requièrent le 1/12 de chacun. Si un joueur fait défaut, c’est l’unité au complet qui paye. Parlez-en à coach Loranger si vous ne me croyez pas…

Ainsi, le maintenant joueur étoile Pierre-Étienne coûtait cher à son équipe par son excès de vouloir, il a souvent été relégué au banc. La différence en 2011: le coach a façonné sa défensive pour trouver une place à Jonathan, lui trouver une place où il pourra s’exprimer librement, une place où il pourra faire la différence.

C’est ainsi qu’on a vu apparaître le front à 5 des Carabins en 2011. Avec la recrue Byron Archambault souvent aligné sur la ligne à l’extérieur, on a vu apparaître Jonathan en nose, soit directement sur le centre. Par cette technique, coach Touchette arrive à isoler chaque joueur de ligne offensive avec un joueur défensif, créant des situations de man to man. Avec des joueurs comme Byron, David Ménard  et Jonathan, il arrive souvent que ces situations tournent à l’avantage des bleus…

Dans cette nouvelle position, on voit Jonathan Pierre-Étienne remplir les promesses qu’il laissait présager depuis longue date. En le plaçant sur le centre, le coach Touchette lui donne toute la marge de manoeuvre nécessaire: il lui donne le two way go. Cela veut dire que Jonathan peut décider d’aller à droite ou à gauche du centre, de faire le move qu’il veut, alors que normalement il devrait respecter une responsabilité, question de ne pas laisser le jeu déborder.

Le résultat? Voyez la game contre Laval: un joueur beaucoup trop athlétique qui peut s’épanouir, contre un centre qui n’est pas habitué à s’occuper seul d’un tel athlète. Le porteur qui tente tant bien que mal d’aider son coéquipier en protection. Résultat: 4,5 sacks du quart et la victoire.

Depuis ce match, on le voit souvent placé à cette même position, sauf que le front défensif des Carabins est de plus en plus imprévisible. Alignés à 5 sur la ligne, c’est à savoir qui va rentrer en pass rush et qui va sortir en couverture de passe. Récemment, on a vu Byron et Jonathan le faire à plusieurs reprises.

Bref, un vrai cauchemard pour les lignes offensives adverses…

* * *

Je m’éparpille un peu, mais tout cela pour vous dire que les succès défensifs des Carabins partent d’abord et avant tout avec des joueurs de ligne défensive de premier plan. Cette année, ils en ont 2; 2 des 5 meilleurs de la ligue.

Ajouté à ça 2 demis-défensifs recrue en Anthony Coady et Mike Dubuisson, qui n’ont peur de rien, un groupe de secondeurs vétérans menés par un Jonathan Buealieu-Richard en pleine possession de ses moyens, et quelques autres joueurs clés qui peuvent tout faire comme Olivier Fréchette et Antoine Pruneau et le tour est joué.

La clé? Une ligne défensive capable de mettre de la pression sur le quart adverse, sans être obligé de blitzer  6 ou 7 joueurs… Comme la vie est plus simple lorsque ta ligne défensive est capable de prendre le contrôle du match.

* * *

Pour les battre? Il faut briser cette aisance, lancer la balle rapidement, ne pas laisser la pression se rendre au quart. Avec des receveurs aussi talentueux que ceux du V&O, tout est en place pour laisser les athlètes faire les dommages et alléger la tâche des joueurs de ligne offensive. Lancer vite le ballon signifie toutefois que les demis-défensifs peuvent tenter de jumper le tracé, gardez toujours à l’oeil le #19 des bleus, un certain Mike Dubuisson, qui est un des meneurs de la ligue avec ses 4 interceptions, malgré le fait qu’il n’a joué que 5 matchs…

 

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s